Europeana: Une critique

Europeana est une base de donnée numérique qui a été établi par la Commission Européenne. La mission d’Europeana se veut de créer des nouveaux moyens, pour le public d’accéder à leur héritage culturel, que ce soit pour des fins personnelles, éducatives ou professionnelles. Pour réaliser cette mission, des libraires, des archivistes ainsi que des curateurs travaillent ensemble , pour offrir aux visiteurs, des œuvres numérisés sous forme de photographies, de textes de vidéos et de sons. Le nombre de contributeurs que se soient des libraires ou des centres de documentation est tout à fait remarquable, et peut donc fournir un aspect très varié sur un thème quelconque.

Alors que Europeana propose sur son site tout sorte expositions variés on y trouve une rubrique qui se consacre entièrement à la première guerre mondiale, thème d’actualité omniprésent de nos jours alors qu’on se trouve en pleine commémoration du centenaire de cette guerre. Sous cette rubrique, le visiteur peut exploiter différents types de sources comme des lettres, des journaux ou des documents officiels ainsi que des sujets variés qui lui permettront d’améliorer ses connaissances sur cette guerre. Les sources sont bien assorties de métadonnées menant bien précisément vers les liens, donc les institutions les ayant numérisés, ce qui permet un aspect plus approfondie sur un sujet.

En ce qui concerne le côté technique il faut accentuer le fait que l’utilisateur puisse choisir de naviguer entre différentes langues et puisse également utiliser un moteur de recherche. Ce qui facilite certainement toute recherche précise. Malheureusement les métadonnées restent en langue anglaise ce qui ne facilite pas l’usage d’un public plus larg. Un autre aspect négative ou plutôt un aspect de proposition futur serait de transcrire les sources primaires tels que les journaux intimes ainsi que les lettres par des calligraphes en les digitalisant. Cela ouvrerait l’accès certainement à un public encore plus large qui a des difficultés à décoder les écritures qui se trouvent sur ces documents. Mais comme Europeana est un site qui sert plutôt comme catalogue de recherche il faudrait plutôt faire cette proposition aux archivistes.

En ce qui concerne le contenu et la logique et l’organisation du site il faut valoriser le fait qu’il ne se contente pas de narrer qu’une simple histoire des batailles de la première guerre mondial mais qu’il fait l’effort de fournir aux utilisateurs des histoires personnelles à travers des lettres de la première guerre mondiale ou encore des thèmes peu traités comme les femmes de la première guerre mondiale. L’histoire de René Debailly démontre par exemple qu’il existait un besoin de s’exprimer encore artistiquement pendant cette guerre. Ses lettres témoignent d’une participation à une fanfare. Comme proposition futur on pourrait peut-être faire une collection qui se consacre aux artistes de la première guerre mondiale, en effet il existe une multitude de chansons de soldats qui sont nées pendant cette période. Chansons qui essaient d’anéantir la peur et le stress au front un tel sujet attirera certainement un grand public.
Ce qui m’a frappé est qu’il n’y existait aucun lien qui menait vers l’exhibition nommé Histoires inédites de la Première guerre mondiale. Sujet qui devrait cependant être integré vers Europeana 1914-1918.

Europeana est donc un site tout à fait intéressant qui donne une vue intéressante sur la première guerre mondiale elle n’offre pas seulement des sources utiles aux historiens mais aussi à un public plus large qui n’aura certainement pas de problème de naviguer sur site.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *