Europeana: a critical analysis

Le site Europeana 1914-1918 est un site proposant une variété de sources digitalisées relatives à la première guerre mondiale. Ces sources sont accessibles au public et la recherche est facilitée par une barre de recherche et des subdivisions de ces sources en “collections” respectivement “thèmes”. Ce qui est intéressant est la variété de sources que le site propose: des photos, des posters, des cartes postales voir même des films de l’époque.

Un point qui est à souligner, surtout pour ceux qui utilisent ce site à des fins de recherche, est la métadonnées accompagnant les sources ce qui permet une périodisation exacte ainsi que de situer l’emplacement de la source. Aussi peut-on noter que le site s’adresse à un plus large public puisqu’il propose aussi des histoires qui accompagnent les sources.

Il apparaît dès lors clair, surtout en prenant en compte les institutions des pays divers participant au projet, que la narration adoptée est une double histoire. D’un côté, une histoire nationale, puisque les pays permettent l’accès à leur source pour montrer ce qu’eux ont comme éléments de cette période même si, à mon avis, c’est la mémoire collective qui domine la narration historique, comme étant un élément de l’héritage culturel de l’histoire européenne. En cela, le titre du site n’est pas anodin: Europeana1914-1918.  Les États-Unis faisant parti de la première guerre mondiale (le site propose “quelques sources”) ne jouent pas un rôle prédominant dans l'”histoire” que l’on cherche à transmettre, qui est une histoire centrée sur l’Europe.

Rezension der Webseite “Europeana 1914 -1918”

Bei Europeana handelt es sich um ein Projekt, dass anstrebt Europas kulturelle und wissenschaftliche Quellen für jeden zugänglich zu machen. Eine virtuelle Bibliothek mit über 20 Millionen digitalen Objekten. Die Webseite stellt Millionen von digitalen Objekten kostenlos zur Verfügung, die in vier Gruppen gegliedert sind : Bilder (Gemälde, Zeichnungen, Karten, Fotos und Abbildungen von Museumsobjekten), Texte (Bücher, Zeitungen, Briefe, Tagebücher und Dokumente), Tonaufnahmen (Musik und aufgenommene Reden, Bänder, Platten und Radiosendungen), und Videos (Filme, Fernsehsendungen). Die Benutzer können kostenlos auf die Objekte sowie ihre Metadaten zugreifen, herunterladen ist aber nicht erlaubt.1

Das Projekt wird von mehreren europäischen Institutionen unterstützt sei es als Partner oder Mitwirkende, wie zum Beispiel das Reichsmuseum in Amsterdam, das Britische Museum aus London oder das Louvre in Paris. Das besondere an der Seite ist aber, dass jede private Person ihren Beitrag zur Kollektion leisten kann. Unter der Aufsicht von Experten können Objekte aus privatem Besitz in die Kollektion aufgenommen werden, durch diese Aktion können eine Vielzahl von versteckten Schätzen entdeckt werden, außerdem entsteht auf diese Weise eine persönliche Erzählperspektive der Europäischen Geschichte. Im Mittelpunkt der Webseite steht die individuelle Geschichte jedes einzelnen, die zusammen eine gemeinsame Geschichte ergibt. Das Projekt Europeana 1914 -1918 ruft die europäische Bevölkerung auf Geschichten, Filme und historische Dokumente sowie die persönliche Familiengeschichte über den ersten Weltkrieg beizutragen. Schaut man sich die Zahl der Einträge und den Erfolg der Seite an hat Europeana den Nerv der Zeit getroffen. Die Botschaft Europeana ist, dass Europa Stolz auf ihre Kultur sein sollte und sie dementsprechend zeigen sollte.

Die Seite ist in 25 EU Sprachen aufrufbar aber die meisten Informationen sind eher in Englisch. Neben einer Schlüsselwort Recherche kann der Benutzer ebenfalls eine erweiternde Suche nach Periode oder Ort machen. Registrierte Benutzer können die Inhalte speichern und teilen oder Objekte markieren, sodass sie ihre Rechercheergebnisse immer vor Auge haben.

Die Webseite ist empfehlenswert, besonders weil sie eine sehr große Anzahl an Quellen zu Verfügung hat die in Archiven nicht zu finden sind, da sie aus privaten Besitz kommen. Die Webseite kann für Recherchen benutzt werden, seien es Studenten, Lehrer oder normale Personen.

 

  1. http://ipsaportal.unina.it/?p=309 []

Rezension der Webseite BBC Archive

Das Archive der BBC (British Broadcasting Corporation) besitzt eine große Kollektion an Kopien von Fernseh- und Radioprogrammen, Dokumente, Fotographien, Musikblätter, historische Ausrüstungen etc.[1] Das Archive gehört zu einem der größten Sendearchive Europas. Diese Ansammlungen werden, in ihrer original Form, aufbewahrt, doch das Archive hat auch angefangen ihre Kollektion zu digitalisieren und sie auf ihre Webseite BBC Archive zuladen. Ein Teil der Kollektion d.h. die Fernseh-und Radioprogramme, Dokumente und Fotos die seit 1930 von BBC ausgestrahlt wurden, werden dem großen Publikum so zugänglich gemacht.

Auf der Startseite wird der Besucher informiert, dass die Webseite archiviert wurde und seit 2007 nicht mehr aktualisiert worden ist. Die Besucher werden auf der Startseite ebenfalls aufgerufen die BBC Archive zu erkunden, zu erforschen „Who we are“, zu sehen wie sich Haltung und Sendungen verändert haben und die Archive gewartet wird.

Die Webseite bietet eine Kollektion die nach Themen wie „ Arts and Artists, Books and Writers, Cultural Heritage, Broadcasting and Performing Arts“ etc. gegliedert ist. Der Besucher hat so die Möglichkeit zuerst in der Kollektion herumzustöbern und einen Überblick zu bekommen, was das Archive alles zu bieten hat. Schaut man sich die thematischen Sammlungen genauer an wird klar welches Publikum die Seite ansprechen will. Ausdrücke wie „What we wore“ oder „our heritage“ zeigt, dass die Seite vor allem für das britische Publikum ausgerichtet wurde. Das britische Kulturerbe steht also im Mittelpunkt der Narrative. Was auch verständlich ist, da es sich bei der BBC um einen britische Firma handelt, die als Priorität nun mal das britische Publikum hat. Was aber nicht heißt, dass andere Besucher nicht beachtet werden. Denn BBC war eine der ersten Radio- und Fernsehsender die international ausgestrahlt haben. Die Kollektion bietet daher auch Inhalte die bei Benutzern außerhalb Großbritanniens bekannt sind.

Für jede Quelle stehen die entsprechenden Metadaten zur Verfügung, wie zum Beispiel das Ausstrahlungsdatum, die Dauer sowie eine kleine Zusammenfassung des Inhalts. Zusätzliche Informationen bekommt der Benutzer in der Rubrik „did you know?“.

Im Allgemeinen handelt es sich um eine interessante Webseite, die einen Blick in die britische Kultur ermöglicht und den Besuchern zeigt wie Großbritannien ihre Geschichte erzählt. Außerdem ermöglicht die Webseite einen Blick in die BBC Archive zu werfen, auch wenn es nicht möglich ist auf alles zugreifen zu können, weiß der Benutzer aber, dass es vorhanden ist, was wiederum für seine weitere Suche sehr nützlich sein kann.

 

 

 

[1] Adam Lee über das BBC Archive. http://www.bbc.co.uk/archive/tv_archive.shtml.

Review du site “Europeana 1914-1918”

Europeana 1914-1918 constitue un des principaux portails de sources primaires sur la Grande Guerre. Ses archives, constituées de documents, de photos et de matériel audiovisuel proviennent de trois grands projets. Tout d’abord, “Histoires du public”, un projet qui rassemble des lettres, des photos et autre matériel issus de collections privées et qui sont, avec l’aide de partenaires d’Europeana, collectés, numérisés et rendus accessible au large public. Dans le cadre de ce projet, Europeana organise régulièrement des journées de collecte. Ainsi, la participation du public représente une contribution particulièrement importante pour le site. Le deuxième projet rassemble plus de 400 milles documents issus de bibliothèques nationales de plusieurs pays. Un dernier projet rassemble finalement les sources audiovisuelles. Un total de 650 heures de projection présente des témoignages de l’époque mais également des productions postérieures à la Guerre consacrées à son sujet.1

Au niveau de la navigation, le site propose une première exploration filtrée par type de source, par sujet et également par front de guerre. Les types de sources sont catégorisées par lettres, journaux intimes, photographies, films, documents officiels et par cartes postales. Alors que les grands sujets se concentrent plutôt sur l’aspect militaire de la guerre (aérienne, navale, tranchées, prisonniers), Europeana rassemble surtout des sources témoignant de la vie quotidienne et par conséquent réserve une grande fraction de sa collection à l’aspect humain de la guerre. Le crowdsourcing permet également de faire émerger de nouvelles perspectives sur la guerre à travers le partage d’objets personnels racontant de nouvelles histoires.

D’autres grands sujets sont également proposés tels que les catégories mémoire, propagande et une dernière sur les femmes.

En ce qui concerne la présentation et l’accessibilité des documents numérisés, on constate qu’une analyse plus détaillée de ceux-ci est souvent que possible par l’intermédiaire d’un renvoi au site du fournisseur du document pour des questions de copyright. Ainsi, le navigateur est contraint de passer par les sites des différentes bibliothèques nationales pour avoir des métadonnées plus précises et d’éventuelles transcriptions des documents. L’outil informatique à disposition pour l’analyse du document dépend donc également du site fournisseur. Par contre, Europeana propose un contexte historique ainsi que des métadonnées plus ou moins précises selon le document en question.

Malgré un manque général de transcription des textes et ainsi un résultat incomplet des recherches par mots-clefs, un système de filtration efficace (toute sorte de sujets reliés à la guerre, année d’apparition, type de source, fournisseur, pays et même une filtration selon les droits d’auteur) permet de retracer des documents correspondant à un domaine d’intérêt spécifique.

Un dernier point qui mérite d’être mentionné est l’aspect transnational du site. Europeana rassemble non seulement des sources issues de plusieurs pays européens (les sources françaises dominant largement) , mais également des sources américaines, australiennes, canadiennes et nouveau-zélandaises. L’aspect transnational est particulièrement intéressant lorsqu’l s’agit de proposer un projet autour d’un sujet historique aux dimensions internationales tel que la Première Guerre Mondiale. Par contre, en pratique, le navigateur est confronté à des documents multi-linguistiques et la plupart des documents ne sont pas traduits en anglais (on note également que le contexte historique est souvent dans la même langue que le document en question).

Malgré ces inconvénients, Europeana 1914-1918 peut être considéré comme un des sites de premier plan au niveau des sources sur la Grande Guerre qui est enrichie et mis à jour constamment grâce à ses nombreux contributeurs; un site de grand intérêt pour tout chercheur.

  1. http://www.europeana1914-1918.eu/fr/about []

Rezension: Europeana, 1914-1918

In dieser Rezension wird sich beschäftigt mit der Webseite www.europeana1914-1918.eu/de. Diese Seite enthält verschiedene Arten von Dokumenten, wie z.B. Briefe, Fotographien, Filme, zum 1. Weltkrieg. Diese Dokumente wurden während 3 großen europäischen Projekten gesammelt und stammen sowohl aus Nationalbibliotheken, wie auch aus dem Besitz von Privatpersonen und aus europäischen Filmarchiven. Sie wird ständig aktualisiert durch neu hinzugefügte Informationen, die entweder gesammelt werden bei Aktionstagen, die regelmäßig und an unterschiedlichen Orten stattfinden, oder online beigefügt werden können. Diese Seite liefert also verschiedene Perspektiven auf diese Zeit und erlaubt eine transnationale Sicht auf den 1. Weltkrieg, indem sie sich nicht auf ein Land reduziert, sondern verschiedene Länder darstellt und auf Quellen aus diesen Ländern zurückgreift.

Mir gefällt an dieser Seite, die Idee der Partizipation, d.h. jeder, der möchte, kann Quellen zu diesem Projekt liefern, auch wenn man bei den Dokumenten von Privatpersonen darauf achten muss, dass es sich hierbei um Erinnerungen handeln, die man als Historiker kritisch zu betrachten hat, da sie nicht unbedingt mit der Realität übereinstimmen müssen oder selektiv ausfallen können. Positiv ist hierbei, dass es einen Bearbeiter gibt, der die gelieferten Dokumente prüft, bevor sie auf der Seite erscheinen. Ein weiterer Pluspunkt der Seite ist, dass sie verschiedene Suchmöglichkeiten anbietet, wie z.B. Suche nach Dokumentarten, Themen oder Kriegsschauplätzen. Weiterhin ist sie vorteilhaft, da es Metadata zu den unterschiedlichen Quellen gibt und diese es dem Historiker erlauben mit dem dargebotenen Material wissenschaftlich zu arbeiten. Nicht so sehr gefällt mir, dass die Anzahl der Länder, die an diesem Projekt teilnehmen, eher noch gering ausfällt.

Rezension: BBC-Archiv

Die Webseite http://www.bbc.co.uk/archive/ steht im Zentrum dieser Rezension. Diese Seite der britischen Rundfunkanstalt BBC, die seit 2007 nicht länger aktualisiert wird, da sie bereits archiviert wurde und die BBC sich einem neuen Projekt, nämlich dem „BBC’s Genome Project“, stellte, versucht mit zahlreichen Kollektionen aus ihren Radio- und TV-Programmen, Dokumenten und Fotographien, die bis in die 1930er Jahre zurückreichen, ihre kollektive Vergangenheit zu zeigen, indem sich nicht auf Großbritannien beschränkt, sondern auch andere Länder berücksichtigt wurden und so eine transnationale Sicht an den Tag gelegt wurde. Ihr Themenbereich ist sehr umfassend, da sie sich mit unterschiedlichen Aspekten beschäftigt, z.B. dem Sport, der Politik, dem Krieg, der Familie u.a.. Es ist dieser Seite auch wichtig zu zeigen, wie sich Einstellungen und der Rundfunk im Laufe der Zeit verändert haben und auf welche Weise man sich für die Instandsetzung des BBC-Archivs eingesetzt und wie diese durchgeführt wurde. So erhält man auf dieser Seite die Möglichkeit die Personen, die hinter diesem Archiv stehen, mithilfe von dargebotenen Interviews kennenzulernen.

An dieser Seite gefällt mir, dass es die Möglichkeit gibt, die Seite mit verschiedenen Suchmöglichkeiten zu durchlaufen, z.B. kann man nach Kollektionen, Programmen, Themen und Personen suchen. Die Seite ist weiterhin von Vorteil, da sie nicht nur die unterschiedlichen Filme, auch wenn dies in Streaming-Form geschieht und man diese nicht herunterladen kann, anbietet, sondern auch zusätzliche Informationen zu den Filmen liefert, wie z.B. eine Inhaltsangabe, eine Aufzählung der Mitwirkenden des Films, eine Angabe von ähnlichen BBC-Links und externen Links. Negativ an dieser Seite ist jedoch, dass viele der gezeigten Filme nicht funktionieren und nur zugänglich sind für die Einwohner Großbritanniens. Was man bei dieser Seite wissen muss und wenn man die Kollektionen für wissenschaftliche Zwecke verwenden will, ist, dass es sich hier um die Sicht der BBC und ihrer Mitarbeiter auf die Vergangenheit handelt.

Une critique du site web Europeana.eu

Ce site web, lancé en 2008 avec le soutien de la Commission Européenne, rassemble des millions d’objets que l’internaute peut utiliser à sa guise. La fondation Europeana, des institutions culturelles européennes, des projets et des partenaires mettent à la disposition de chacun une large part d’images, de sons, de textes et de vidéos provenant de galeries, musées, librairies et archives.

 

La députée européenne allemande Helga Trüpel, qui présentait un rapport sur le portail le 19 avril 2010, invite les Etats-Membres à “éviter que ce ne se creuse un fossé de la connaissance entre l’Europe et les Etats-Unis” et à “veiller à ce que les Européens aient pleinement accès à leur propre héritage culturel”1. Cette vision déterminée, n’est à ce stade pas réalisable si on regarde le pourcentage des contributions par Etats. La France devance de loin tous les autres pays-membres avec presque la moitié des objets offerts par des institutions françaises. Cela ne représente guère un héritage culturel “européen”. Cela n’est évidemment pas la faute à la France, mais il faut se poser la question, comment encourager les autres pays à contribuer plus de matériel à ce site internet. Screen Shot 2014-11-30 at 10.37.52

 

Un autre problème pose le copyright des auteurs et l’investissement des pays dans le numérique. Pour pouvoir payer les auteurs pour l’utilisation de leur matériel et pour pouvoir numériser ce matériel, le pays doit disposer de l’argent. Aujourd’hui, en temps de crise, pas tous les pays n’ont les moyens financiers pour investir. Le résultat en est qu’on ne peut plus parler d’ “héritage culturel européen”, mais tout simplement d’ “héritage culturel des pays ayant les moyens financiers”.

 

L’utilisateur peut choisir entre plusieurs langues, point très positif, mais l’explication, le descriptif et les méta datas restent en anglais. Différents objets sont présentés dans deux langues, mais le gros du matériel est en anglais. Cela limite l’accès aux personnes qui comprennent la langue.

 

A part de ces inconvénients, le portail offre d’innombrable matériel pour s’informer sur différents sujets. Des expositions, un blog, une rubrique 1914-1918 et des pages “remix” et “professionnel”. Surtout la page “remix” nous a très intéressé. Une fille à la recherche de traces de son arrière-grand-père qui a servi dans l’armée allemande. De telles histoires enrichissent la culture européenne et font que les jeunes commencent à s’y intéresser. Ce sont les nouveaux médias qui sont utilisés par les jeunes et c’est le portail Europeana qui donne cette possibilité d’information et qui rend la recherche particulièrement intéressante.

 

Le portail est un pendant aux recherches “google”. La bande de recherche en haut de la page est très utile et donne à l’utilisateur des pistes pour débuter ses recherches. Avec plus de 6 millions d’oeuvres numérisées, Europeana constitue une source importante pour des recherches approfondies.

 

Si les pays-membres arrivent à numériser leurs archives nationales, si le facteur argent ne pose plus de problèmes et si le site n’est plus unilingue, ce portail pourrait réellement devenir un site de la culture européenne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/content/20091002STO61736/html/Europeana-une-bibliothèque-numérique-qui-s’invite-au-Parlement-européen []

‘Michael Palin’s New Europe’ – Comments on Palin’s approach

Having watched the first episode of “Michael Palin’s New Europe”, my lasting impression was that Palin has a lot of confidence in his viewers. In the following, I would like to explain what precisely I mean by this, why I have come to this particular conclusion and whether I think his approach pays dividends or not.

As Michael Palin travels trough the various Eastern European countries (the Balkans in the first episode), the viewer follows him from place to place and from interview to interview. This means that every couple of minutes (or seconds, at some points), the viewer is confronted with a new person, place and/ or story. As the minutes pass by, one begins to wonder when Palin will be so kind as to explain where this trip is going eventually, and what the purpose of it all is. Throughout the first episode at least, Palin does not offer any such explanation. Thus, he is at odds with a great many documentaries (which Jerome de Groot has called “epic” documentaries1 ). Unlike ‘New Europe’, these offer the viewer plenty of interpretation, to the point where all that is shown on the screen is knitted into one comprehensive and all-encompassing narrative. Palin, on the other hand, seems to have very different ideas about storytelling. Instead of using voice-over or lecturing his audience, he mostly limits himself to interviewing people, letting them tell their stories rather than he telling his (or theirs). In other words, Palin chooses complexity over simplicity, variety over coherence. As has been shown by De Groot, most historians have been suspicious of the “superficiality” of television, that is to say they do not believe that this medium is able to present complex realities adequately2.

. Although this might be interpreting a lot into Palin’s approach, one could nonetheless say that he is rather more postmodern in his way of proceeding. Instead of explaining ‘the past’, which does not exist as such in the postmodern sense, he prefers to show different representations of the past side by side.((De Groot, Consuming History, p. 153)) Several remarks need to be made here. First of all, the so-called postmodern ‘turn’ mentioned by De Groot has greatly affected historiography, that is to say many of today’s historians who criticise television would probably agree that text (being their principal medium) cannot render ‘the past’ in the postmodern sense either. Secondly, Palin’s lack of voice-over lecturing does not mean that his series is devoid of personal interpretations. By interviewing one person rather than another, by cutting and linking those interviews, but also by simply adding music to some scenes (and so forth), he does in fact give his own personal view, just like any other director or producer.

One of the key differences between the director/ presenter Michael Palin and the historians mentioned by De Groot, then, is the confidence Palin seems to have in television’s aptitude (as a medium) to present complexity, but also in the viewer’s ability to deal with that intricacy.((De Groot, Consuming History, p. 151-152.)) Only at the end of the episode does Palin ask what links himself as a Western European to the people he chooses to present in his work, thus offering at least a guideline for reflecting upon what he has confronted the viewer with. I can of course only speak for myself, but at least for me this worked tremendously well. The interviews with young men (not that much older than me) who have experienced war in their lifetime, but also shorter instances like the sheep sacrifice in Albania, had led me to some sort of comparison between my life and that of the people on screen. However, I only really became aware of this after Palin had put forward his questions at the end. In hindsight, I think that his choice to not offer his own interpretations at every corner has helped in what I now believe to be his main goal: to push his mostly Western European audience into familiarising themselves with and  into alienating themselves from the people in the series, ultimately questioning whether, how and why we live in one Europe. However, it could also be that I have misinterpreted Palin’s intentions and that he wanted his viewers to draw a different conclusion. This being said, his program has led me to asking myself some interesting new questions and to refining some older ones. Watching it has therefore definitely been worthwhile, although at first, I perceived the lack of interpretation offered by Palin to be taxing. I could therefore understand perfectly well if another person disliked Palin’s ‘New Europe’ for those reasons and preferred a more classical “epic” documentary-type of approach3.

Finally then, I would like to comment on the type of sources that Palin bases his documentary on. He rarely uses original historical footage, although the subject of the Balkan wars would certainly lend itself to that kind of presentation. In doing so, he voluntarily distances himself from ‘classical’ documentaries, which rely heavily on original footage or even on re-enacted scenes. Instead, Palin and his team go down the harder (and certainly more expensive) path of filming almost every bit of footage themselves, mostly in the form of interviews. Apart from these oral-history type of sources, he also relies heavily on architecture, landscape, but also on cultural practices such as dancing, making music or culinary traditions. This differentiates him not only from most other directors and producers, but also from many historians, who prefer textual sources and who often already see original video footage as a ‘new’, non-classical type of source. Watching this documentary and seeing how much it can teach viewers about the past, I would therefore think that it could serve as ‘food for thought’ for historians to reflect on how they can use various ‘new’ types of sources in their own work, even when in the end they publish texts rather than documentaries.

  1. Jerome de Groot, Consuming History. Historians and heritage in contemporary popular culture,

    p. 154. []

  2. De Groot, Consuming History, p. 151-152 []
  3. See footnote 1 []

Review du site “http://www.bbc.co.uk/archive”

Le diffuseur britannique de programmes radio-télévisés BBC peut être considéré comme un des diffuseurs les plus importants au niveau de l’information. Il est ainsi fort appréciable que la BBC propose à travers son site “http://www.bbc.co.uk/archive/” ses archives datant depuis les années 1930. Par contre, l’archivage de programmes datant des débuts de productions sont rares faute de moyens d’enregistrement.1 La BBC ne jouit pas non plus de tous les droits individuels de production et ne peut donc archiver tous ses programmes diffusés.2

Une première navigation à travers le site permet de se faire une vue d’ensemble du matériel proposé et de s’apercevoir dans quelle logique celui-ci s’inscrit. Ainsi, le site guide le navigateur à travers des sujets thématiques et propose ses archives sous forme de collections. Cette forme d’archivage s’inscrit bien évidemment dans une logique bien plus déterminée et cadrée en fonction de la volonté narrative des archivistes, mais offre de l’autre côté une vue d’ensemble plus structurée et facilement abordable.

Regroupés autour de vastes thèmes allant de l’art, la culture, la science ou le sport vers la finance, la politique ou la guerre, les collections d’archives abordent principalement des programmes télévisés, des podcasts et d’autres documents autour d’évènements surtout britanniques. Les vidéos archivées proviennent principalement de programmes diffusés par la BBC ce qui explique le contexte national dans lequel ceux-ci s’inscrivent. Par contre, des sujets de dimension internationale sont également traités sous un angle national par les collections du site, ce qui souligne la volonté de la BBC de se concentrer sur la mémoire et le passé collectifs. Nous retrouvons dans le cadre de ces collections que quelques rares exceptions qui sont consacrées à des sujets non-britanniques (Van Gogh, interviews de stars du cinéma américain ou encore le cuba pendant la guerre froide). La catégorie “subjects” permet également de repérer des vidéos hors collection, et sous la rubrique “Locations – Non UK” de retrouver quelques vidéos autour de pays spécifiques, principalement autour d’évènements historiques marquants tels que pour l’Allemagne, l’invasion de la Pologne en 1939, ou pour la Russie, la crise des missiles de Cuba en 1962, pour en citer quelques uns.

Une recherche d’ordre alphabétique à travers les programmes diffusés ou les personnalités, est également proposée par la BBC, et peut ainsi faciliter la recherche d’un domaine d’intérêt précis.

Accompagnées de leur chaîne de diffusion, de leur date d’apparition et des contributeurs de la production, le matériel archivé offre des métadonnées précises, et suggère des liens associés au sujet pour une recherche plus approfondie.

Malgré le fait que le site indique qu’il a cessé de faire des mise à jour et on redoute ainsi une actualisation des ses archives, l’ouverture d’une large fraction des archives de la BBC et son accessibilité gratuite à tout public se révèle de majeure importance pour la recherche et la démocratisation de l’information pour tous, considérant l’impact du diffuseur radio-télévisé dans le monde de l’information.

  1. http://www.bbc.co.uk/archive/tv_archive.shtml?chapter=2 (consulté le 16/11/14 []
  2. http://www.bbc.co.uk/archive/contributor_rights.shtml (consulté le 16/11/14 []

Critique du site “BBC Archive”

Les archives digitales de la BBC (British Broadcasting Corporation) contiennent des documents, des vidéos et des enregistrements sonores diffusés à travers les chaînes radio et télé du groupe depuis les années 1930. Selon le site (sous « About this site » sur la page d’accueil), cela permet d’acquérir plus de connaissances sur la BBC même (« who we are ») et d’explorer l’évolution des mentalités. Or, un message en haut de la page principale informe le visiteur que le site est archivé et ne sera plus mis à jour. Si cela concerne aussi l’ajout de nouvelles sources n’est pas précisé – un clic sur « Find out more about page archiving » ne permet pas d‘éclaircir la situation.

Néanmoins, les archives mettent à disposition toute une série de collections thématiques. Ces collections sont au cœur du BBC Archive et permettent également de dégager le public cible, voire même une certaine logique derrière la narration. Déjà sur la page d’accueil, l’expression « our collective past » dans la description générale veut créer un lien entre les créateurs du site et les visiteurs. Si, à première vue, il n’est pas encore assez clair de quel passé collectif il s’agit, une analyse des collections thématiques donne quelques explications : celles-ci abordent avant tout des sujets ou personnages britanniques. Que ce soit la collection « Francis Bacon – Celebrating the life and work of a great british artist » ou « Aerial Journeys – An unconventional tour of Britain, from the 1950s to today », la Grande-Bretagne se trouve au centre. Sous la rubrique « Collections », il n’y a qu’une seule catégorie spécifique non-britannique : « Politics and Governments – Non-UK », contenant uniquement deux collections thématiques.

Le public cible est donc principalement britannique. Certes, il faut tenir compte de la logique économique et morale de la BBC : « […] as the programmes were funded by UK licence fee payers, our first responsibility is to the UK audience. »[1] Puisqu’elle est une institution publique, financée par les contribuables britanniques, la BBC s’adresse surtout à ceux-ci, avant de se tourner aux autres visiteurs. Par conséquent, les collections mises à disposition répondent également à cette mission et présentent donc des contenus britanniques – même s’ils sont souvent connus par les utilisateurs internationaux.

Le vocabulaire est assez normatif (« unconventional », « great », « remarkable », etc.) dans les titres des collections. L’image de la Grande-Bretagne est très positive, il s’agit d’une célébration de son héritage, de son passé, de sa culture, même si les époques les plus difficiles ne sont pas ignorées (la Seconde Guerre mondiale, notamment). Pourtant, un point de vue critique laisse à désirer. Dans la collection dédiée à Margaret Thatcher, il n’y a aucune discussion sur les conséquences de sa politique néolibérale – le récit s’arrête avec son entrée à Downing Street. On s’intéresse plutôt à sa campagne électorale ou à des sujets plus mondains comme l’importance de la cosmétique pour les femmes politiques.[2] L’utilisation du « we » (p.ex. « What We Wore – A history of fashion from 1720 to 1982 »)[3] vise à créer un lien empathique entre les utilisateurs (britanniques), un sentiment d’appartenance à une collectivité qui partage un passé commun avec les mêmes traditions.

En ce qui concerne les aspects plus techniques, il manque une machine de recherche propre aux archives digitales ; il en existe une pour l’ensemble du site du BBC. A côté de la rubrique « Collections », on retrouve aussi « Subjects » (qui correspondent surtout aux tags ou mots-clés des sources digitalisées), « Programmes » et « People ». Ces deux dernières présentent une liste alphabétique. Une autre rubrique, plus à part, s’intitule « Meet the experts », et contient des vidéos de plusieurs archivistes qui travaillent pour la BBC, parlant des archives même, des défis et des moyens de conservation.

En principe, chaque source est pourvue de métadonnées (date de diffusion, longueur, nom de l’émission, intervenants). Une courte description donne une idée du contenu et la section « Did you know » pourvoit des anecdotes ou un contexte historique.

Malgré les aspects problématiques mentionnés ci-dessus, les archives digitales de la BBC donnent sans aucun doute une vue intéressante sur l’histoire (britannique), les traditions, la politique, la vie quotidienne ou l’évolution de la technologie. Les sources sont certainement utiles pour les historiens, tant que ceux-ci tiennent compte de la logique économique de la BBC et de son impact sur la présentation des collections.

Références

[1] http://www.bbc.co.uk/archive/help.shtml#live (dernier accès: 15 novembre 2014).

[2] « How important are cosmetics to women in public life ? » : http://www.bbc.co.uk/archive/thatcher/6308.shtml (dernier accès: 15 novembre 2014).

[3] http://www.bbc.co.uk/archive/whatwewore/ (dernier accès: 15 novembre 2014).